samedi 14 avril 2012

LES DANGERS DE LA PROSPECTION


Ce samedi, comme le temps était idéal pour faire une petite prospection je choisis une zone pas trop loin de chez moi et après quelques petits départs sans grand intérêt je trouve une entrée de grotte plus avenante, je me dirige donc vers ce trou lorsque sous mon pied droit j’entends un clic puis je ressens un choc dans ma bottine, je viens de me faire prendre, sans trop de mal, par un piège à mâchoires. Un peu refroidis je sonde le sol, style démineur, et je trouve quatre autre engins bien camouflés. Je ne suis pas un grand fan des blaireaux mais là je trouve que c’est un peu fort, cinq pièges pour une seule grotte, c’est de l’acharnement.  

 Je rappel que la loi sur la chasse en interdit non seulement l’utilisation, mais également, depuis 1994, la vente et la simple détention. Les contrevenants risquent une amende assez lourde, s’élevant de 500 à 5.000 euros, donc ici j’ai fais faire des économies au piégeur, entre 2500 et 25000 euros, car il n’est pas prêt de retrouvés ses engins. Au fait j’ai nommé cette grotte « Meles meles » blaireau en latin.

4 commentaires:

jos beyens a dit…

Incroyable...
Heureusement pas trop grave pour vous.

Marc le yéti a dit…

Heureusement que notre ami J.B ne
faisait pas de ramping,sinon adieu
la zigounette.

Anonyme a dit…

C'est pour que les spéléos ne dérangent pas les chauves-souris.

Geomichel a dit…

POur arrêter un JB en pleine prospection, faut au moins 5 pieges! Surtout si la pente est forte et qu'il est en descente!